Pendant ma pause

samedi 18 novembre 2017

Couture avec Ginette

Qui est Ginette ? Ginette est ma machine à coudre.

20150629162400354

Ginette et moi, nous avons quelques années de cohabitation et j'avoue que Ginette me terrifie parfois.

Nous avons réalisé ensemble des petites choses au fil des années et principalement des accessoires type housses de coussins voir sacs. Voici pour rappel une pochette présentée sur ce blog il y a un petit bout de temps ( ici ) :

20150629162537555

20150629162512221

 

Transformation d'une housse coussin en housse pour machine à coudre :

20150629162557550

Cependant, mon rêve est de me coudre des vêtements et le grand rêve serait de faire du patchwork.

 

Vous me connaissez, je doute tout le temps et la couture m'intide fortement.

Depuis des années, ma fée me dit de me lancer que je devrais y arriver sans souci, que ce n'est pas si compliqué.

Mais qui dit vêtement, dit patrons de couture et lire les explications. Ce qui me donne le tournis et déclenche une crise de panique. Les termes de la couture sont un grand mystère.

 

Tout cela je pourrais commencer à l'écrire au passé car depuis mon petit week-end auprès de ma fée, la couture et moi, nous avons fait connaissance.

Ma fée avait sélectionné des modèles compatibles avec mon gabarit dans l'excellente revue Fait Main Pas à pas (aperçu du numéro à paraître pour les curieuses : ici). Ce magazine propose des patrons en grande taille également où l'aisance est prévue par rapport à un gabarit de personne forte. 

J'ai longtemps été abonnée à Fait main mais comme je n'arrivais pas à me lancer, je n'ai pas poursuivi et là je me demande si ce ne serait pas une bonne idée d'en reprendre un. 

Nous sommes parties d'une tunique et j'ai tout fait de A à Z en étant supervisé par la fée

Lecture des explications puis repérage des différentes pièces sur les planches de patron.

Décalquage du patron puis report sur le tissus (elle avait un choix de tissu incroyable, j'ai eu du mal à choisir). Découverte du droit fil et de petites astuces pour réaliser la coupe. Ajout des marges de couture et découpe.

Faufilage des pièces, entoilage des parmentures du col et couture à la machine, sans oublier le repassage des coutures à plusieurs niveaux.

 

Le tout en une demi-journée pour un modèle ultra simple composé d'un devant, d'un dos et de deux parmentures col.

Comme le modèle de cette tunique était un peu long, limite mini-robe, je l'ai raccourci une fois rentrée chez moi en tee-shirt.

Attention photos, je ne dis pas merci à la luminosité calamiteuse quand je dois faire des photos pour le blog ces derniers temps :

IMG_0704

IMG_0701

 

Même Ficelle a voulu apparaitre devant ma nouvelle tenue...

IMG_0705

Comme vous pouvez le constater, nous en avons profité pour réaliser un pantalon - pantacourt assorti qui a un petit rappel du tee-shirt en bas de jambe.

Il a une taille élastique et a été réalisé en s'inspirant de plusieurs modèles, le tout tracé et imaginé par ma fée. C'est elle qui a coupé les pièces et je me suis contentée de les faufiler et de les coudre.

Je suis trop fière de ma tenue et regrette juste que le mauvais temps soit là.

 

Mais comme je doute, j'avais peur de ne pas y arriver à la maison toute seule...

Alors j'ai sorti les pièces du patron décalquées et je me suis lancée dans un nouveau tee-shirt. Même timing pour un résultat qui me convient bien :

IMG_0707

IMG_0692

 

Mais je n'avais pas pris le temps de me poser la question du mètrage nécessaire. Fatalement, il me manquait quelques centimètres....

Alors j'ai divisé le dos en deux panneaux en rajoutant les marges de couture. Et un dos original pour mon deuxième tee-shirt :

IMG_0693

 

Je suis rassurée sur ma capacité tee-shirt basique. Merci ma fée de m'avoir guidée dans ce nouveau loisir.

 

Alors je me mets à rêver et je deviens une acheteuse compulsive de revues couture et livre. Celui ci est arrivé en fin de semaine de chez Rascol :

J'ai flashé sur la robe Lorilla, les tuniques Odiane, Aerin et Hanaé et la jupe Gelsey. Quelqu'un a cousu ces modèles ? Qu'en pensez-vous ?

 

Je me demande si je ne vais pas également commander ce livre dès qu'il sera à nouveau en stock :

Certaines d'entre-vous l'ont-elles qu'en pensez-vous ?

 

Sans oublier mes derniers achats que je vais compulser ce week-end, Burda Plus et sa tunique de couverture... :



Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram

 

La prochaine fois en couture, je vous parlerai de mon nouveau compagnon tricot : le sac à projet...

IMG_0713

Bon week-end !

Posté par emmadal à 11:43 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 13 novembre 2017

Le rendez-vous boulet : épisode 46, le voyage

Qu'est-ce qu'un rendez-vous boulet ?

C'est un rendez-vous mensuel de blogs qui a lieu tous les deuxièmes lundis du mois.

Nous nous retrouvons pour mettre en valeur un projet qui végétait depuis quelques temps dans notre panier à ouvrage.

Il peut s'agir d'un futur pull, d'un magnifique plaid en devenir, d'un gilet à assembler...

Certaines ont quitté la ronde, d'autres nous ont rejointes et certaines reviennent. Si vous voulez être de l'équipe, contactez moi soit dans les commentaires, soit par le formulaire du blog en me donnant votre adresse de blog.

Je mets un lien vers celles qui ont participé au dernier RDV ou qui pourraient prendre la ronde :

NathyLaëtitia, RachelClaudeMitch à un toitMiss Cox,  frenchloop Lili  et une petite nouvelle : patchcath 

Je salue Stéphanie qui n'a pas de blog mais qui travaille de son côté en suivant ce rendez-vous.

 

Mon plaid crochet, "Jane, Ma Moorland", un modèle de Lucy d'Attic 24 n'apprécie pas les voyages.

En octobre, monsieur et moi avons fait un de nos périples annuels.

Monsieur a une passion pour la photographie animalière. Il photographie par tous les temps les divers animaux qui vivent dans la campagne environnante (pour les curieuses c'est ). Tous les ans a lieu à Namur, le festival international de la photographie animalière ( voir ici ). Je l'accompagne et pendant qu'il arpente les expositions, je passe du temps avec ma fée qui habite non loin de là.

Nous avons ainsi quelques jours, hors du temps, loin des contraintes en tout genre avec la fée et son mari. Comme tout y est parfait les deux messiers s'entendent bien et s'apprécient. Nous tricotons, elle file et je tricote et cette année, elle m'a appris à coudre une tenue. Mais cette aventure sera pour plus tard... (mega teasing).

 

Pour aller jusqu'à Namur, nous avons plusieurs centaines de km et donc des heures de voiture. Faisant très peu le copilote, monsieur n'aime pas prêté sa voiture, j'ai donc embarqué le boulet comme compagnon de voyage.

A l'allée, il a bien roupillé. Par contre au retour, il a morflé ! Six couleurs de plus !

Avant :

IMG_0359

Après LE TRAJET  et quelques soirées (le temps de novembre et sa luminosité légendaire)  :

IMG_0715

IMG_0717

 

Les prochaines teintes à crocheter dans ce paysage de bruyères.... Tout ce vert me rappelle ma fée et les heureux moments passés ensemble.

 

IMG_0718

 

Bon ce n'est pas non plus, l'avancée du siècle si je vous dis qu'il y aura au total 130 rayures et que j'en suis seulement à commencer la 24ème. Mais ce n'est pas mon premier plaid, loin de là. Certes c'est le premier pour un lit double, mais bon j'ai espoir.

C'est un boulet mais il est beau. J'aime ses couleurs et j'ai hâte de crocheter les diverses nuances de violet qui figurent la bruyère de ce paysage.

C'est un boulet mais le froid arrive. C'est sympa d'avoir pour se réchauffer un ouvrage bien chaud sur les genoux.

C'est un boulet mais avec les journées de dingue au boulot, ce crochet "no cerveau" pouvant s'interrompre n'importe quand à un grand potentiel. Fatiguée, prête à tomber de sommeil, zou je peux filer au lit sans rater mon heure de sommeil parce que le rang est trop long.

Fin novembre et début décembre, j'ai six jours de formation loin de chez moi, le boulet pourrait bien se trouver dans mes bagages....

 

Je vous dis donc à dans un mois pour le dernier RDV de 2017 le lundi 11 décembre !

 

Je file voir les courageuses et je vous souhaite une bonne semaine.

Petit aperçu du prochain billet :

IMG_0713

 

 

 

Posté par emmadal à 08:05 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 29 octobre 2017

La patience a la saveur de la châtaigne

Il y a fort longtemps, en 2013, j'avais lors d'un salon parisien acheté un patron qui venait de sortir, Icefield de Sandrine C plus connue maintenant sous le nom de Quiet Hours pour son blog ou sand meije sur Instagram:

 

Icefield - : q u i e t h o u r s :

Et voici Icefield, le gilet inspiré par celui-ci dans une version différente et légérement remaniée.Confortable et généreux, Icefield est un gilet à la fois doux et chaud, idéal pour s'envelopper lors des premiers frimas. Ce gilet est tricoté sans couture en top down, selon la méthode des manches contiguous développée par Susie Myers.

http://bazardazelie.canalblog.com

Il faisait partie d'une collection sortie pour mettre en valeur les laines de Froufrou et Capucine que vous pouvez également suivre sur Instagram.

En même temps, j'avais acheté le patron d'Avant l'orage que j'ai déjà réalisé deux fois et je ne suis pas à l'abri d'une troisième version...

 

Orage et éclaircie aux teintes acidulées - Pendant ma pause

Il y a quelques temps, j'ai eu un grand besoin de douceur, de chaleur et de couleurs. Il faut dire que le temps était gris. Il faut ajouter que la pluie était omniprésente. Il dire aussi que j'avais très envie d'essayer un modèle de Lilofil acheté lors de sa sortie sur un salon il y a quelques années.

http://pendantmapause.canalblog.com

 

Bref, depuis 2013, le patron était sagement rangé dans mon classeur spécial patron à réaliser. Pourquoi ?

J'avais peur qu'il taille petit.

C'est bête comme idée mais régulièrement, je me pose ce genre de questions. Résultat maintenant, je vais sur Ravelry et je regarde dans les patrons réalisés ce que donne le modèle sur des gabarits différents. Si il y a des notes, je les consulte. Bref, je fais un véritable travail de recherches préalable.

Ensuite, j'avais un doute concernant mes épaules.

Je me suis aperçue que toutes les deux ont la fâcheuse tendance à laisser glisser tout. Je ne vous parle pas de mes sacs bandoulières qui ne tiennent jamais, ni même des sacs portés épaules. Résultat mon bandoulière favori est porté systématiquement comme un sac musette. Donc ces deux épaules laissent tout le temps glisser les gilets, les pulls, les robes dont les encolures sont un peu lâches... Alors, avec sa forme, Icefield avait un gros potentiel risque de tombée d'épaules qui peut vite devenir irritant quand je suis en mode travail.

Il dormait donc tranquille dans le classeur.

 

Vous savez que je tricote régulièrement des fils Drops. J'avais très très envie d'essayer un de leur fil, le Flora. J'avais vu de jolies réalisations avec ce fil sur Instagram et je m'étais dit qu'à ce prix, cela pouvait être très intéressant. Pour celles qui l'ignorent il est actuellement en promotion ( ici ).

J'avais donc craquer en août et  commandé assez de métrages pour réaliser un gilet :

 



 Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram
Comme vous pouvez le remarquer, j'avais groupé l'achat avec du fil alpaga qui va devenir lui aussi un gilet, un jour...
Grâce à mes visionnages de podcasts, je me suis aperçue que je n'étais pas la seule à avoir le souci des épaules tombantes.
Souvent, des personnes qui comme moi ont un physique hors standard, se retrouvent avec des vêtements qui ne vont pas. Bref, dans le cas des modèles ne se boutonnant pas et qui ne sont pas faits pour fermer, il vaut mieux prendre les mesures de largeur du dos comme référence. Comme ce sont entre autres Letipanda et by Night qui donnet cette astuce,  j'ai suivi le conseil.
J'ai donc ressorti mon patron Icefield. J'ai pris mes pelotes Flora, coloris 08, et j'ai réalisé mon échantillon en aiguilles 4 car j'ai tendance à tricoter serré.
En  tenant compte de tous les paramètres, j'ai décidé de tricoter la taille M avec la longueur grande taille.
Choc émotionnel de faire une petite taille, j'aime ma largeur de dos.
Je l'ai commencé le 19 août avant ma reprise du travail quand il faisait encore moche.


Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram
C'est un top -down sans couture. On commence par le col puis on descend en laissant à un moment les manches en attente. Une fois le corps fini, on s'occupe des manches puis on fait la bordure des deux devants et de l'encolure.
Seulement il s'est mis à faire à nouveau chaud, très chaud et tricoter de la laine et de l'alpaga s'est révélée un peu pénible.
En plus, pour me contrarier, ou en désespoir de ne pouvoir avancer, je me suis lancée dans la chaussette et Icefield a roupillé tranquillement dans mon panier à ouvrage.

 



Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram

 



Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram
L'addiction des chaussettes s'est alors emparée de moi...

J'ai retrouvé un minimum de contrôle en m'obligeant d'avoir au moins tricoter le corps entier de mon Icefield avant de monter une troisième paire.
Seulement voilà, le corps était long et très ennuyeux une fois passé le point avant les fronces. Je n'avançais pas.
Je ne retrouvais pas le côté stimulant des chaussettes auto-rayées, je me noyais dans des kilomètres de jersey. C'est alors que j'ai eu l'idée de ne pas trahir ma belle couleur châtaigne mais de la sublimer avec un point dentelle.
Je venais de m'offrir le double patron de Bountynette : Paluloma&Co et j'ai donc pris sa grille dentelle pour mon Icefield qui a alors pris son nom définitif de Châtaigne.
Dentelle incorporée progressivement sur les deux pans du devant en ajoutant une répétition supplémentaire à chaque fin de répétition. Cela m'a permis de réaliser la fin de mon corps en quelques soirées.

 



Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram
Je me suis attaquée aux manches mais j'avais oublié que je tricotais en M. J'ai donc défait la première et recommencé en pensant grande taille et bidouillant pour que mes bras potelés si sentent bien. J'ai noté cela sur mon carnet pour réaliser la deuxième de la même façon.
Mais le démon des chaussettes était revenu :


Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram
Comment résister à l'appel des petits moutons ?
Grâce à un périple en Belgique le week-end dernier, j'ai tricoté ma bordure. 6 heures de route et une journée de papotage avec ma fée, ça aide à finir un projet.
Nous sommes rentrés et je l'ai immédiatement lavé, essoré et mis à sécher à plat en tendant les parties dentelle et il a pris une belle ampleur.
Je l'ai déjà porté au bureau, il ne me restait que les photos à faire et pour cela il m'a fallut attendre un peu de luminosité et ma photographe attitrée. Bref un week-end de plus !
Mais le voici mon châtaigne doudou :

IMG_0670

IMG_0672

IMG_0675

 

Désolée pour ma tête....

IMG_0677

Fiche technique :
Modèles Icefield + Paluloma pour la dentelle 
Taille M mais avec la longueur XL et des manches adaptées.
Fil Flora de Drops presque 7 pelotes colori 08 
Aiguilles n°4
Prochainement une deuxième chaussette moutons et  un châle en test sur mes aiguilles.
Mais surtout, retour de Ginette, ma machine à coudre, car la Fée m'a initiée à la couture !!!!!!
A bientôt !
PS : Il y  a tout juste 9 ans, je publiais pour la première fois un article sur un blog....

 

Posté par emmadal à 09:41 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 9 octobre 2017

Le rendez-vous boulet : épisode 45 : la bête se rebiffe

Qu'est-ce qu'un rendez-vous boulet ?

C'est un rendez-vous mensuel de blogs qui a lieu tous les deuxièmes lundis du mois.

Nous nous retrouvons pour mettre en valeur un projet qui végétait depuis quelques temps dans notre panier à ouvrage.

Il peut s'agir d'un futur pull, d'un magnifique plaid en devenir, d'un gilet à assembler...

Certaines ont quitté la ronde, d'autres nous ont rejointes et certaines reviennent. Si vous voulez être de l'équipe, contactez moi soit dans les commentaires, soit par le formulaire du blog en me donnant votre adresse de blog.

Je mets un lien vers celles qui ont participé au dernier RDVavant les vacances ou qui pourraient prendre la ronde :

NathyLaëtitia, RachelClaudeFramboiseMitch à un toit , Zette , Miss Cox qui est de retour ! et une petite nouvelle : frenchloop.

Edit de la honte : j'ai oublié le retour de Lili !

Je salue Stéphanie qui n'a pas de blog mais qui peut-être travaille encore assidûment sur une couverture en suivant ce rendez-vous.

 

Comme vous avez pu le lire dans le titre mon boulet se rebiffe ! Mon plaid crochet, "Jane, Ma Moorland", un modèle de Lucy d'Attic 24 fait de la résistance.

Monsieur se camoufle, change de panier mais ne bouge pas d'un seul rang depuis déjà trois week-ends. L'avancée est donc timide, voir minime.

IMG_0359

Pourquoi "Jane, Ma Moorland" n'avance pas ? Mon travail ! 

Je ne mentionne pas le fait que je ne peux crocheter ou tricoter pendant mes heures de travail... nous en sommes toutes là....

Je travaille dans un bâtiment qui dépend d'un réseau municipal pour le chauffage. Le chauffage a été remis dans le réseau urbain et comme notre bâtiment a quelques (énormissimes) défauts de construction la sonde extérieure est défectueuse. Le circuit est en marche forcée et impossible à arrêter... Résultat plus de 30 degrés dans le bureau toutes les fenêtres ouvertes. Si bien que le soir, l'option crochet plaid ne me motive pas du tout.

 

Pour être totalement honnête je dois ajouter que le virus de la chaussette ne m'aide pas également pour reprendre le crochet... Une nouvelle paire a été terminée pour ma fille et une autre est en cours pour moi. Le hic c'est que je tricote les chaussettes pendant ma pause du midi, le week-end et dès que j'ai un peu de temps devant moi.



Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram


Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram

 

"Jane" ne peut rivaliser, un simple rang fait facilement 25 minutes puisque c'est une taille lit deux places... Comme vous le montre gentiment Lincoln, c'est grand un lit deux places :



Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram

 

Le soir quand je ne suis pas trop fatiguée pour réaliser quelque chose, et bien je me consacre à mon gilet.



Emmanuelle D. (@manelle5) on Instagram

 

Depuis cette photo il a une demie manche en plus....ce serait idiot de le laisser en plan alors que dans les semaines à venir je pourrais en avoir grandement besoin.

 

Bref, "Jane" roupille tranquille et a trouvé une super cachette pour se faire oublier.

Je compte pour le mois à venir pour retrouver la morsure du froid et l'envie de relancer mon crochet à l'assaut de ce fabuleux plaid.

 

Je file voir les courageuses et je vous dis au lundi 13 novembre pour la suite des aventure du boulet.

 

A bientôt, j'ai des chaussettes à vous présenter....

Posté par emmadal à 08:15 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 21 septembre 2017

Le rendez-vous lecture # 150 # en lien avec Babelio

Le rendez vous lecture fête son 150eme billet et il m'a parut intéressant d'y associer un livre que j'ai reçu de Babelio et des éditions Le nouveau pont :

 

IMG_0528

L'auteur : Je connaissais Pat Conroy comme auteur de romans car j'ai lu deux de ses livres : Charleston Sud et Beach Music. J'avais vraiment aimé son univers de familles du Sud tourmentés. Je savais qu'il avait écrit Le Prince des Marées et j'avais vu le film et en avais été bouleversée. Mais je ne connaissais pas son travail.

 

L'histoire : Pat Conroy raconte sa famille dans ce livre qui est entre l'autobiographie et journal d'écriture d'un écrivain. Cet enfant est né de l'union d'un Marines irlandais de Chicago et d'une femme du Piedmont qui joua à la belle du Sud toute sa vie. Aîné de sept frères et soeurs, il a souvent joué les aides familiales pendant les absences de son père pilote de chasse pendant trois guerres. Il a été le témoin mais aussi la victime de la violence de son père. Il a également malmené ses parents et frères et sœurs en écrivant leur histoire familiale dans un premier récit : Le Grand Santini. Il développe les tensions accumulées et livre l'amour pour ses parents dans leurs dernières épreuves.

 

Mon avis : La forme choisit par l'auteur peut déstabiliser. Il livre ses réflexions au fur et à mesure de son écriture. Il développe dans les premiers temps, l'histoire familiale de ses trépidants aïeux. Il y incorpore le couple volcanique de ses parents et la difficulté d'être l'aîné d'une grande famille qui a déménagé au fil des affectations de son père. 

Il partage également les différents aspects de son travail d'auteur et ce que cela a eu pour conséquence dans sa vie et sa santé. 

La prouesse de ce livre est de livrer sa relation avec son père et son évolution. Il passe de la haine à l'acceptation puis l'amour pour ses parents imparfaits. Il ne répond pas à la question comment aimer un parent maltraitant ou l'accepter. Il évoque sa relation de fils. 

La lecture de l'éloge funéraire est un moment profondément touchant qui résume parfaitement cette relation père fils.

 

Un excellent moment lecture que je vous recommande !

Bonne lecture !

 

Posté par emmadal à 15:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,