Il y a tellement longtemps que je n'ai pas parlé lecture ici, que je n'ose trouver la moindre excuse...

Je lis plus que je ne tricote ou crochète mais comme j'enchaine les livres, je zappe de venir en parler sur le blog.

Je vous fais grâce de toutes les fois où je me suis dit : "Il faut vraiment que je fasse partager cette lecture". Réflexion qui n'est jamais devenu un billet...

 

Comme c'est l'été, je vous propose un petit rattrapage avec deux livres lus en 2016.

 

Le premier : Ian McEwan, Sur la plage de Chesil

Sur la plage de Chesil par McEwan 

L'auteur :  Ian MCEwan est un romancier anglais contemporain.

Oui, encore un anglais mais c'est pas ma faute, si j'adore les romans anglais ! Son roman le plus connu est "Expiation" qu'il a contribué à adapter au cinéma. Vous avez certainement vu le film qui en France s'intitule "Reviens moi". Si ce n'est pas fait, il ne faut surtout pas hésiter ou lire le roman qui est excellent. La bande annonce juste pour mémoire :

 

 

Revenons au livre choisi ce jour : Sur la plage du Chésil

 

L'histoire : Edward Mayhew et Florence Ponting viennent de se marier. Ils se retrouvent seuls dans une auberge du Dorset pour leur nuit de noce. Nous sommes en 1962 et ni l'un ni l'autre n'en attendent la même chose.

Edward, étudiant en histoire, est fou de désir pour Florence. Florence, étudiante en musique et brillante violoniste à la direction du quatuor Ennismore, redoute ce moment. Son intérêt pour le mariage réside dans la liberté qu'il va lui conférer. Le repas en tête à tête devient un huit-clos oppressant. La soirée se révèle très différente de leurs espoirs....

 

Mon avis : Malgré le titre ce n'est pas du tout une histoire légère et romantique. Ce n'est pas également une lecture de plage, mais c'est un livre que j'ai dévoré.

Edward Mayhew est le fils d'un instituteur et Florence, la fille d'une universitaire et d'un riche industriel. ils n'ont rien en commun. Edward est fou amoureux de Florence. Par contre, Florence apprécie le respect d'Edward à son égard. Les deux jeunes gens sont les vicitmes de l'hypocrisie de leur époque. Florence paraît finalement plus libre qu'Edward, ou du moins prête pour entrer dans un nouveau monde.

L'auteur, grâce à des flash-back, nous retracent leur histoire au fil de cette soirée. Ces éclairages nous font découvrir le contexte de cette Angleterre qui est sur le point de basculer dans les années soixante. Il souligne combien l'absence de communication peut rendre une situation heureuse tragique.

 

Deuxième livre : Armistead Maupin, Une voix dans la nuit

L'auteur : Si vous n'avez jamais lu Armistead Maupin, vous avez de la chance de le découvrir maintenant et d'avoir tout un été pour vous rassasier de ses romans.

Cet américain, né en 1944, a commencé sa carrière comme journaliste avant de s'engager dans l'armée et faire la guerre du Vietnam. Puis à son retour dans les années 70, il s'installe à San Francisco où il commence à écrire pour un journal ce qui va devenir son oeuvre : Les Chroniques de San Francisco. Au fil des ans, il raconte le quotidien d'habitants de la ville. Il évoque les choix de vie et sexuels de ces hommes et femmes.  Son dernier roman est Anna Madrigal ou le tome 9 des Chroniques.

L'histoire : San Francisco, Gabriel Noone est un présentateur radio vedette. Chaque soir, il raconte sous forme d'un feuilleton la vie d'homosexuels librement inspirée de son quotidien. Il vit mal la demande d'un break de son jeune compagnon Jess. Jess dont il est amoureux et qu'il soutient dans sa séropositivité. Cette demande arrive alors qu'il a la cinquantaine et entraîne pour lui une déprime. C'est dans ce contexte, que lui parvient un manuscrit écrit par un enfant, Pete. Il y relate sa maltraitance. Touché Gabriel va retrouver un élan de vie grâce à des échanges téléphoniques avec Pete.

Mon avis : Qui est Pete ? Est-ce son histoire ? Existe-t-il ? Au fur et à mesure de son enquête, Gabriel se pose des questions et le lecteur également. L'histoire de Pete est également l'occasion de decouvrir le vrai Gabriel Noone. L'auteur nous fait découvrir le quotidien d'un homme qui se découvre homosexuel alors qu'il est adolescent dans les années 50-60. Le roman permet de comprendre les phases d'acceptation et de découvrir combien le SIDA a créé un douloureux avant et après. Le ton est juste, la plume sait toucher.

 

 

PS : en ce moment je suis dans une boulimie de romans policiers... avec un peu de chance je vous en parlerai en 2018 ou 2019.... Ioda en est tout retourné...

IMG_0321_fotor

Bonne lecture !