Je suis dans une période peu active en matière de tricot.

Ce n'est pas l'envie qui me manque de prendre mes chères aiguilles mais le temps et l'énergie.

Je traverse une "turbulence" professionnelle qui fait de moi un magnifique zombie qui se transforme en larve dès 20h30. Si jamais, je ne m'endors pas dans les dix minutes qui suivent mon arrivée sur le canapé, je n'ai même pas l'énergie de réaliser un rang de mon futur gilet que j'aime tant.

J'espère que cette période ne va pas s'éterniser car il y en a un qui rigole bien :

Plaid couture

Monsieur boulet en chef ! Il sait que le rendez-vous approche et il me nargue.

 

Quand j'ai un minimum d'énergie, je prends mes circulaires pour réaliser un modèle Drops : le gilet 113-17 même si j'ai quelques doutes pour l'empiècement d'encolure... Pour l'instant, je n'en suis pas là.

Ce modèle se tricote en une seule pièce du bas vers le haut (soit un bottom up).

J'ai décidé de ne pas faire toutes les boutonnières mais de ne garder que les trois derniers boutons du haut. Je pense le faire un peu plus court pour un effet petit gilet. Pour soigner mes bords "boutonnières" j'ai repris la méthode de Mamie-Thé pour les bordure de son étole Balade d'automne. Elle ne me quite plus, c'est mon doudou et j'en ai vraiment besoin pour affronter mes journées.

Au tout début, un rang était composé de 223 mailles. C'est beaucoup surtout quand on sait qu'il y en aura bien plus au moment de l'assemblage corps et manches, mais c'est pour plus tard, alors je fais comme si je ne le savais pas.

Les premiers centimètres sont tricotés en point de riz, soit une maille endroit, une maille envers puis inversement le rang suivant. Cela ressemble fort à des côtes et vous savez combien je hais tricoter des côtes. Autant, les torades, la dentelle ou le jacquard me conviennent, autant cette alternance courte est une corvée !

Je me suis vite rendue compte que la beauté des dégradés des pelotes crées par Fée d'automne,

Laine Fée d'automne

devaient être mises en valeur en croisant les écheveaux pour éviter l'effet bloc de l'empiècement du bas.

Depuis, c'est le bonheur et chaque rang jersey est différent de l'autre. Quand j'ai le courage d'enchaîner mes mailles, le tout monte tranquillement, j'ai encore plus de 200 mailles et presque 30 cm de hauteur.

Malheureusement, la luminosité des deniers jours ne m'a permis aucune bonne photo, vous devrez donc vous contenter de celle-ci, prise il y a plus de quinze jours lors d'un trajet voiture :

IMG_0777

Je file car un boulet fait son gros malin alors que le rendez-vous est au 8 février.

Il est récalcitrant mais je suis têtue, choc de titan en prévision si j'arrive à rester éveillée. Je me demande même si le boulet ne mettrait pas des somnifères dans ma bouteille d'eau...

 

A bientôt !